Déclaration du patrimoine. Les autorités politiques prêchent par l’exemple

Rédigé le 22/11/2021
Clavis Kiba


Tout a commencé le 25 octobre 2021 lorsque le premier ministre, Anatole Collinet Makosso, a déposé lui-même des copies de déclaration de son patrimoine au premier président de la Cour suprême, Henri Bouka. Il était accompagné de plusieurs ministres qui avaient, eux aussi, accompli le même devoir. A sa sortie d’audience, le chef du gouvernement déclarait que toutes les autres autorités élues ou nommées à de très hautes fonctions vont emboîter le pas, en vue de respecter l’article 55 de la Constitution en vigueur. Près d’un mois après, le 19 novembre dernier, le président de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba, les ministres, Jean-Claude Gakosso, des Affaires étrangères et Honoré Sayi de l’Énergie et de l’Hydraulique se sont livrés au même exercice. Y compris le chef de file de l’opposition, Pascal Tsaty-Mabiala, les membres du bureau de l’Assemblée nationale, les présidents des groupes parlementaires et des commissions permanentes, ainsi que la secrétaire générale de cette institution puis le directeur financier et comptable. L’adhésion massive des autorités à cette disposition constitutionnelle est un gage de bonne gouvernance. Elle constitue un message fort à l’endroit des populations, surtout des futurs cadres.