8 mars 2022. Les femmes congolaises se réjouissent de la loi Émilienne Mouebara

Rédigé le 08/03/2022
Clavis Kiba


L’humanité célèbre ce mardi 8 mars 2022, la 45ème journée internationale des droits des femmes sous le thème : « L’égalité aujourd’hui pour un avenir durable. » Au Congo ce jour a donné lieu à plusieurs manifestations notamment à Brazzaville et Pointe-Noire. En effet, l’association « Femme ne pleure pas » que préside Geogette Okemba a réuni la fondation JED, le magazine 100% jeune ainsi que le Réseau des femmes leaders du Congo, en vue d’échanger avec les jeunes filles et femmes de l’école ‘’ les Élites des 3D’’ située au quartier Mpila dans le sixième arrondissement de la ville capitale. L’événement a été marqué par des exposés portant sur des sujets tels que : les violences en milieu scolaire, le harcèlement sexuel et la conscience professionnelle.  L’association « Femme ne pleure » qui milite pour l’émancipation des femmes a saisi l’occasion pour témoigner sa gratitude au ministre de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Ines Nefer Ingani, génitrice de la loi Émilienne Mouebara récemment adoptée par les deux chambres du parlement consacrée à la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour rappel, la journée internationale des droits des femmes  a été reconnue par les Nations unies en 1977 pour luter contre les inégalités homme-femme. Depuis lors, les ONG féministes s’en servent pour revendiquer les droits des femmes à travers le monde. Par ailleurs, les femmes congolaises qui jusque-là considèrent cette commémoration comme une simple fête en honneur des mamans devraient s’approprier les idéaux des pionnières de cette journée au risque de passer à côté du vrai combat.