Cybercriminalité. Le Congo invite l’Afrique à se doter d’un instrument commun de lutte

Rédigé le 23/03/2022
Mickelda Gibout


Lomé abrite ce mercredi 23 mars 2022, le premier sommet international sur la cybersécurité en Afrique. Il a connu la participation de plusieurs chefs d’État et de gouvernement du continent. Le Congo est représenté à ces assises par le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo qui est intervenu dans le panel intitulé « Comment placer les enjeux de cyber sécurité au cœur des politiques en Afrique ». Lors de son intervention, il a affirmé que le Congo dispose d’une législation robuste en matière de lutte contre la cybercriminalité. Le challenge réside désormais dans la sensibilisation de l’ensemble des usagers du net sur les avantages et les inconvénients de l’économie numérique. Aussi, il a annoncé le lancement d’un Data center national et d’un data center secondaire au Congo en vue de protéger les personnes vulnérables du cyberharcèlement, des escroqueries de tout genre et des fake news. Enfin, le ministre Léon juste Ibombo appelé tous les pays africains à ratifier la convention de Malabo sur la cybercriminalité dont le Congo est signataire afin de disposer d’un instrument panafricain de lutte contre ce phénomène. Ce forum est organisé par le gouvernement togolais en partenariat avec la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).