Crise alimentaire. Le Conseil des ministres adopte un plan de résilience de plus de 171, 2 milliards de FCFA

Rédigé le 18/06/2022
Clavis Kiba

Le président de la République Denis Sassou N'Guesso a conduit la réunion du Conseil des ministres le vendredi 17 juin 2022 au palais du peuple. Des questions d'ordre économique et social ont été abordées au cours de ces assises qui se sont tenues en présentiel. Sur le plan économique, le ministre des Hydrocarbures, Bruno Jean Richard Itoua et le ministre d'État, ministre des industries minières et de la géologie, Pierre Oba, ont présenté  des projets de loi et de décret  allant dans le sens de générer des revenus additionnels pour mieux financer le Plan national de développement ( PND 2022-2026) et  de diversifier l'économie nationale. Il s'agit notamment de 30 projets de loi portant approbation des permis opérés par les différentes sociétés pétrolières au titre du ministère des Hydrocarbures. Quatre(4) projets de décret au titre du ministère des industries minières et de la géologie dont deux portant attribution a la société Chakir Cuivre Congo SARL d'un permis de recherches minières pour les polymétaux dit " permis vounda I et Vounda II" dans le département du Niari, sans omettre le projet de décret portant attribution à la société NEWCO Mining s.a d'un permis d'exploitation des sels de potasse dit " permis Kanga" dans le département du Kouilou avec un investissement global de 555 millions de dollars. Au sujet de la crise alimentaire qui secoue actuellement le pays, le gouvernement a adopté un plan de résilience axé sur 5 points en lien avec les orientations arrêtées lors du Conseil des ministres du 23 mai dernier couvrant la période 2022-2023 pour un montant de 171 milliards 205 millions de FCFA. Ces sont les suivants : la promotion d'une politique de subvention aux importations ; la facilitation de transport des produits de bas depuis leur bassin de production vers les centres de consommation ; la stabilisation des prix des produits alimentaires et agricoles essentiels; l'appui au producteurs locaux ainsi que l'application rigoureuse des mesures administratives, fiscales et parafiscales. Le Conseil des ministres a également procédé aux nominations.