Gaz liquéfié. Eni annonce une première cargaison en octobre 2023

Rédigé le 02/10/2022
Mickelda Gibout

Augmenter la production de gaz au Congo, telle est la promesse du projet de gaz naturel liquéfié (GNL) conclu en avril dernier entre le groupe italien Eni et le gouvernement congolais. Ce 1er octobre, l’exécution imminente de ce projet a fait l’objet d’une audience entre le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, et une délégation de la société pétrolière, conduite par son PDG, Claudio Descalzi. A l’issue de l’audience, Claudio Descalzi a déclaré avoir bon espoir de voir prête une première cargaison de Gaz naturel liquéfié en octobre 2023. Ce combustible fossile facile à transporter servira à la fois pour l’exportation et pour la fourniture d’une source d’électricité domestique. En effet, avec une production d’un peu plus de 4,5 milliards de mètres cubes par an, la société Eni entend augmenter la capacité de production de la Centrale Electrique du Congo (CEC) basée à Pointe-Noire et améliorer la ligne haute tension de la ville Océane puis à Brazzaville. Ce qui permettra d’améliorer la fourniture énergétique et de réduire les délestages dans les deux principales villes du pays. Notons que la présence d’Eni au Congo remonte à plus de 50 ans. Elle livre actuellement le gaz de Marine XII à deux centrales thermiques terrestres qui produisent 70 % de l’électricité du pays.