Transition énergétique. Les États africains souhaitent continuer à utiliser leurs ressources naturelles

Rédigé le 19/10/2022
Mickelda Gibout


La Semaine africaine de l’énergie (AEW) 2022 s’est ouverte le 18 octobre à Cape Town en Afrique du Sud avec pour leitmotiv la stimulation des investissements dans l’énergie en Afrique tout en assurant un environnement sain. Un tremplin pour les ministres de l’énergie du continent noir de s’accorder sur le message à faire passer au reste du monde en novembre prochain lors de la COP27, concernant la pauvreté énergétique de l’Afrique. Pour Bruno jean-Richard Itoua, président de l'OPEP et ministre congolais des Hydrocarbures, la voix de l’Afrique à la COP27 devrait porter les volontés, pensés et attentes de la région pour ses populations avec l’utilisation du pétrole et du gaz. En effet, des millions d’africains n’ont toujours pas accès à l’électricité et d’autre utilisent des installations de cuisson non améliorées avec la biomasse comme principale source d’énergie. Hors l’Afrique ne représente que 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Pour cela, elle devrait être autorisée à faire usage de ses ressources naturelles dont le gaz comme alternative non polluante.