Consommation. L'État met en garde les commerçants qui ne respectent pas les prix homologués

Rédigé le 29/11/2022
Mickelda Gibout


La hausse des prix des denrées alimentaires jusqu’ici attribuée à la crise entre la Russie et l'Ukraine, semble se rattacher à la malhonnêteté de certains commerçants qui outrepassent les mesures prises par le gouvernement dans le cadre du plan de résilience. S’adressant le week-end dernier aux sénateurs, le ministre de l’Économie et des Finances, Jean-Baptiste Ondaye, a indiqué que les équipes du ministère du Commerce sont sur le terrain pour contrôler l’application des mesures gouvernementales et des sanctions sévères sont prévues pour les hors la loi.  La task force restera en éveil permanent sous impulsion du premier ministre. Force est de constater les répercussions sur le pouvoir d’achat des ménages, le ministre Ondaye a déclaré que ce genre de pratiques sont inadmissibles. A ce jour, les populations continuent de se plaindre sur la flambée des prix sur le marché notamment l’huile végétale. Le bidon de cinq litres est passé de 5 500 à 10 500 FCFA, et le carton de cuisse de poulet de 8000 à 16 000 FCFA.