Sécurité. Brazzaville appelle les pays de la CEEAC à intensifier la lutte contre la délinquance juvénile

Rédigé le 18/01/2023
Mickelda Gibout


Après plusieurs décennies, la situation sécuritaire à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) demeure toujours préoccupante laissant ainsi perplexe les dirigeants de la sous-région (Afrique centrale) en raison des attaques des rebelles du M23. Les ministres du Comité consultatif permanent des Nations unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale, se sont à cet effet réunis ce 16 janvier 2023 à Brazzaville sous les auspices du premier ministre, Anatole Collinet Makosso, pour donner un coup de pouce aux différentes initiatives de paix qui concernent cette partie du continent africain notamment la médiation assurée par le président angolais Joao Lourenço. Ouvrant les travaux, le chef du gouvernement congolais a tout de suite indiqué que son pays condamne fermement les violences perpétrées dans la sous-région et a particulièrement porté son attention sur la délinquance juvénile qui selon lui ouvre la voie au terrorisme dans zone CEEAC. Au vue de ceci, Collinet Makosso a incité les pays d’Afrique centrale de fixer leurs idées sur des politiques d’éducation, de formation, de réhabilitation et de réinsertion des jeunes. N’étant qu’à ses débuts, cette 54ème session ministérielle devrait déboucher sur des résolutions en faveur du dialogue, un procédé prépondérant pour le pays d’accueil dans la résolution des conflits en tout genre.